Histoire des Sciences@UL

Veille documentaire en Histoire des Sciences et Techniques et Epistémologie

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Nicole Mangin : une Lorraine au coeur de la Grande guerre

Sujets: Biographie, Nouveautés BU

 

D’origine meusienne (Verdun), Nicole Mangin s’inscrit à l’âge de 18 ans en faculté de médecine à Paris, milieu alors réticent à la candidature des jeunes filles et réussit le concours de l’Externat. Tout en se consacrant aux soins des malades dans divers services hospitaliers, elle se livre à des recherches dans le domaine de la tuberculose et du cancer. Sa thèse sur les poisons cancéreux nous interpelle encore aujourd’hui, suite à certaines de ses conclusions sur un ròle possible de la vaccination dans la prévention du cancer. Son étude sur la prophylaxie de la tuberculose l’a également menée à se consacrer à la réalisation de nombreuses œuvres sociales au bénéfice de certaines classes sociales paupérisées. Enfin, elle se révélera une féministe convaincue. En août 1914, mobilisée par erreur, elle choisit de rejoindre son affectation. .. Elle réussira à être nommée médecin auxiliaire, à l’instar de ses confrères masculins… Fin 1914, elle est mutée dans un secteur réputé pour être calme : Verdun ! … Démobilisée, elle décède le 6 juin 1919, à l’âge de 41 ans, après avoir absorbé une dose létale de médicaments.

Nicole Mangin fut l’unique femme médecin qui servit au sein du Service de santé des armées françaises durant la Grande Guerre.

Nicole Mangin : une Lorraine au coeur de la Grande Guerre de Jean-Jacques Schneider. Ed. Place Stanislas, 2011

Du même auteur sur le même thème :

Où trouver cet ouvrage ?

 Bibliothèque Santé-Brabois RDC, salle 3, WZ 100 SCH

Leave a Reply