Histoire des Sciences@UL

Veille documentaire en Histoire des Sciences et Techniques et Epistémologie

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Moi, Alexandre John Emile Yersin de D. Bernard

Sujets: Biographie

Moi, Alexandre John Emile Yersin. Journal apocryphe

«Le 20 juin 1894, dans un modeste cabanon du jardin de l’hôpital de Hong Kong, Alexandre John Emile Yersin, 31 ans, se penche sur son microscope. Ce qu’il voit l’effraie : des milliers de petites taches. Elles grouillent. Pour la première fois, un homme observe le bacille de la peste, le plus grand tueur en série depuis l’aube des temps.» Médecin, bactériologiste, explorateur, ethnologue, Alexandre Yersin (1863, Aubonne, Suisse – 1943, Nha Trang, Vietnam) est une des personnalités les plus attachantes de la fin du XIXe siècle.
Né Suisse puis devenu Français, il passa la plus grande partie de sa vie en Indochine, où il fut directeur de l’Institut Pasteur de Saïgon. On lui doit notamment l’identification du bacille de la peste et la préparation du premier sérum qui sauvera la vie à des milliers d’êtres humains. Cet ouvrage est le journal d’une vie, un journal «apocryphe», écrit longtemps après la mort du grand homme, à partir des archives familiales et de la seule biographie réalisée en 1958 par le Docteur Noël Bernard qui lui avait succédé à la tête de l’Institut Pasteur de Saïgon.
Daniel Bernard, petit-fils de Noël, nous livre une reconstruction fidèle d’un monde colonial évanoui, de la vie scientifique à l’aube du XXe siècle, en s’approchant avec subtilité de l’homme Yersin, chercheur et humaniste, personnage complexe, fort et fragile à la fois.

 

 

Moi, Alexandre John Emile Yersin : journal apocryphe de Daniel Bernard. Ginkgo, 2015

Où trouver cet ouvrage ?

Bibliothèque Santé-Brabois – RDC, salle 3 – WZ 100 BER

Bibliothèque Sciences et Techniques – 2e Étage, Histoire des Sciences : 509.2 YER

Comments are closed.